Notre Association
 
Saison 2003-2004
Saison 2008-2009
Saison 2009-2010
Saison 2010-2011
Saison 2012-2013
Saison 2013-2014
Saison 2014-2015
Saison 2015-2016
Saison 2016-2017
Saison 2017-2018
Saison 2018-2019
Nous écouter.
Evénementiel
Actualités
Mentions légales

 

 

 

Ensemble vocal
"Coup de Chœur"

coup de choeur à l'encan
Francis POULENC (1899-1963)
Son père est un des fondateurs des établissements Poulenc Frères, qui devinrent Rhône-Poulenc.
Bien qu'il ait suivi quelques cours de composition avec Charles Koechlin, Poulenc est considéré comme un compositeur autodidacte.
Après une scolarité au lycée Condorcet, il connaît à dix-huit ans une première réussite avec une Rapsodie nègre. Avec la Première guerre mondiale, sa production n'est guère importante. Il compose cependant Le Bestiaire, un cycle de mélodies.
Ricardo Vinès lui fait rencontrer notamment Isaac Albéniz, Claude Debussy et Maurice Ravel. Poulenc est introduit en 1920 dans le groupe des Six.
En 1926, il rencontre le baryton Pierre Bernac pour lequel il compose un grand nombre de mélodies. Il l'accompagne, à partir de 1935 (et jusqu'à sa mort en 1963), dans des récitals de musique française donnés autour du monde. En 1928, le compositeur écrit Le Concert champêtre, œuvre pour clavecin et orchestre destinée à la grande claveciniste Wanda Landowska et dédié à son compagnon, le peintre Richard Chanelaire.
En 1935, de passage à Rocamadour et, consécutivement à la mort accidentelle de son ami, le compositeur et critique Pierre-Octave Ferroud, il vit un profond retour à la foi catholique de son enfance.
Le critique Claude Rostand dira de lui : « moine ou voyou », pour opposer sa foi à son libertinage, ou plutôt pour en souligner la coexistence ou l'alternance. Ainsi, à propos de son Gloria, qui provoqua quelques remous, il déclara : « J’ai pensé, simplement, en l’écrivant à ces fresques de Gozzoli (Benozzo Gozzoli) où les anges tirent la langue, et aussi à ces graves bénédictins que j’ai vus un jour jouer au football ».
Il compose ses Litanies à la Vierge noire en 1936. Ses œuvres religieuses par la suite furent notamment une messe (1937) et un Stabat Mater (1950).
Le compositeur écrira aussi son fameux Les Dialogues des Carmélites en 1957.
Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris.